Annonce : Info-clipper.com informations sur les sociétés : Togo
 

Tous les éditoriaux

ROYAUME UNI : DES MESURES DRASTIQUES POUR ASSAINIR LES FINANCES PUBLIQUES

News du 01/04/2011
Des grandes manifestations contre la politique gouvernementale ? Presqu’une routine en France, du jamais vu en Angleterre depuis les marches contre la guerre en Iraq en 2003. Motif de l’insatisfaction des sujets de sa Majesté le 26 mars 2010 lors d’une manifestation qui a réuni entre 250 000 et 400 000 personnes ? Les coupes budgétaires, 81 milliards de livres, 100 milliards d’euros, sur quatre ans. Elles font suite à une hausse de la TVA de 17,5 % à 20 % effective depuis le 4 janvier 2011 qui devrait permettre à l’Etat de collecter 13 milliards de livres supplémentaires par an. Le gouvernement de David Cameron entend réduire les dépenses, les déficits et la dette publics, créant ainsi des conditions favorables à la croissance et à l’emploi.

Le chancelier de l’échiquier, George Osborne, a présenté le budget 2012 le 23 mars – pour des raisons historiques, l’année fiscale anglaise démarre en avril. L’objectif est de ramener le déficit budgétaire de 11,1 % du PIB aujourd’hui à 4,1 % en 2014. La dette qui représente 60 % du PIB atteindra 71 % en 2012 avant de redescendre à 69 % d’ici 2015. Les emprunts de l’Etat, 146 milliards de livres prévus cette année devraient être réduits à 29 milliards de livres pour 2015-2016.

L’impôt sur le revenu, prélevé à la source, reste quasi inchangé. Le seuil d’imposition est augmenté de £630 pour atteindre £7 8105. Ensuite, jusqu’à £37,400, le taux d’imposition est de 20 %, la tranche £37,400 à £150,00 est elle imposée à 40 %. La tranche des revenus supérieure à £150,000 est imposée à 50 %, même si le gouvernement a longtemps réfléchi à supprimer cette dernière avant de renoncer. Les impôts locaux, la Council Tax, qui varient selon les localités sont gelés.

Diverses mesures ont été prises pour favoriser les entreprises. La principale concerne le taux d’imposition sur les bénéfices des sociétés. Il est abaissé de 28 % à 26 %. Il continuera de baisser de 1 % par an pendant les trois années suivantes pour atteindre 23 %, contre 33 % en France.

Ce plan d’assainissement ambitieux et draconien des finances publiques n’est pas sans conséquence. La croissance a été revue à la baisse, de 2.1% à 1.7% pour 2011, de 2,6 % à 2,56 % pour 2012. L’inflation est répartie à la hausse. Entre 4 et 5 % en 2011, elle devrait retomber à 2,5 % en 2012. La baisse de revenus des ménages provoquée par la politique d’austérité budgétaire est estimée entre 4 et 7 %. Le nombre de chômeurs est de 2,53 millions au mois de mars 2010, un niveau jamais atteint depuis 1994. Mais, selon George Osborne, il n’y a pas de « plan B », il est indispensable même si la potion pour retrouver des conditions économiques favorables est amère. Les Anglais doivent se serrer la ceinture en attendant des temps meilleurs. Mais, après la pluie, le beau temps. Avec des finances publiques assainies, les freins à la croissance seront minimes. Un taux d’imposition des bénéfices bas permettra aux entreprises d’investir, attirera des projets étrangers, générateurs d’emplois.

Philippe Fort
 
 
 




























La taxe d'aménagement