Annonce : Info-clipper.com informations sur les sociétés : Malaisie
 

Tous les éditoriaux

SONDAGE ET INTERVENTION PRESIDENTIELLE

News du 01/11/2013
Le 13 septembre 2013, François Hollande était l’invité du journal de 20h00 de Claire Chazal sur TF1. Une large partie de cet entretien, réalisé non pas à l’Elysée mais à l’Hôtel de Marigny, fut consacrée à l’impôt. Nul doute que le Président de la République avait eu accès au sondage Ipsos Public Affairs publié par Le Monde le 14 septembre sur les Français et l’impôt. Premier enseignement, seuls 57 % des Français estiment que payer l’impôt est un acte citoyen et 72 % estiment qu’il est excessif. Cette impression, justifiée si l’on compare la situation fiscale française à celle des autres pays européens, explique probablement l’engouement mitigé des Français vis-à-vis de l’impôt. Les Français renâcleraient beaucoup moins à payer des impôts si la pression fiscale était moins forte. Deuxième constat, à l’instar de la blague de deux vieux amis qui se retrouvent - l’un ayant « réussi », l’autre non. « Si tu avais dix millions d’euros, tu m’en donnerais un ? », demande le moins fortuné. « Oui », répond le plus aisé. « Si tu avais dix voitures ? ». « Bien sûr ». « Si tu avais dix chemises ? ». « Non, parce que j’ai dix chemises. » - les Français sont favorables aux impôts qu’ils ne paient pas. 86 % sont favorables à la taxation des transactions financières internationales, 83 % à l’ISF, 77 % à l’impôt sur les sociétés. 56 % trouvent la taxe sur les produits pétroliers injustifiée.

François Hollande a bien compris le message et a reconnu que la pression fiscale était trop forte avec quelques petites phrases : «c’est beaucoup, donc ça devient trop », « l’imagination fiscale est sans limite » ou « c’est un concours LEPINE de l’augmentation parfois cocasse de la taxe ». Dont acte. Pour remédier à la situation, le chef de l’Etat a pris quelques engagements. Pour 2014, « ce seront les deux seules augmentations d’impôt : TVA et quotient familial »... avant que Claire Chazal ne lui rappelle que les cotisations retraites augmenteraient aussi. François Hollande a aussi annoncé des une baisse de l’impôt sur le revenu avec la réindexation du barème sur l’inflation, la réinstauration de la décote pou pour les bas revenus. Autre annonce, la taxe sur le diesel ne sera pas instaurée… en 2014. Elle le sera donc probablement en 2015.

Force est de constater que nous resterons forcement taxés lors des deux prochaines années et que ce léger assouplissement n’est possible qu’en raison du délai supplémentaire, deux ans, donné à la France par Bruxelles pour ramener le déficit budgétaire à 3 %. Malgré des efforts fiscaux que nous consentons, nous ne faisons que réduire les déficits. La dette continue ainsi toujours de croitre en attendant la reprise qui ne cesse de se faire attendre. « Il faut au moins 1,5% de croissance pour créer de l’emploi », a déclaré le Président de la République. On en est loin.

Philippe Fort

(1) (/)



 
 
 




























La taxe d'aménagement